22 Kasım 2021

Déplacement professionnel

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Hentai

Déplacement professionnelElleDepuis la veille, après un week-end bien calme, trop calme, comme souvent, elle était excitée à l’idée de faire un long trajet avec lui. Un déplacement professionnel de plus de 400 kilomètres…Il était grand, beau garçon… Sa douceur, son humour et sa décontraction l’avaient séduite, mais il n’avait jamais fait preuve d’une quelconque marque d’intérêt à son égard en dehors de leurs relations de travail.Elle avait eu beaucoup de mal à s’endormir, l’imaginant lui prodiguant des caresses sur tout le corps, puis lui dévorant le minou d’une bouche avide et experte. Excitée, le corps en ébullition, elle n’avait pu trouver le repos qu’en glissant sa main sur son sexe qu’elle malaxa nerveusement pour aboutir à un orgasme qui la libéra.Le matin, au réveil, elle était encore excitée se remémorant toutes les images qui lui avaient traversé l’esprit la veille : ce corps délié et musclé, un sexe de bonne longueur dur et épais, ces mains et cette langue agiles qui avaient parcouru son corps…Elle avait décidé de jouer le grand jeu en espérant que ses fantasmes et ses rêves érotiques se transforment en réalité : ensemble string, soutien-gorge et porte-jarretelles mêlant un tissu satiné vert clair et de la dentelle noire. Elle enfila des bas soyeux et noirs qui vinrent gainer ses longues jambes fuselées. Elle passa un long moment à se mirer, ainsi offerte, devant le miroir de sa salle de bain. Son corps, bien proportionné, était vraiment mis en valeur et elle résista à l’envie de laisser ses mains vagabonder dans l’espoir d’atténuer ce désir qui montait en elle.Elle alla dans sa chambre pour passer une jupe noire fendue sur le côté qui lui arrivait au-dessus des genoux et un chemisier blanc qui laissait deviner, par transparence, la couleur de son soutien-gorge. Assise face à sa coiffeuse, elle se maquilla et appliqua sur ses lèvres pulpeuses un rouge à lèvres rouge vif ; lèvres gourmandes mais non vulgaires…Pour apprécier le résultat, elle alla prendre la pose devant le miroir de son armoire. Celui-ci lui renvoya l’image d’une femme soignée et sexy. Elle s’y mira de face, de côté et de derrière, puis s’amusa à doucement faire remonter le bas de sa jupe jusqu’à la lisière du bas et l’attache du porte-jarretelle. « Quel homme pouvait résister à des jambes aussi sexy ? » se dit-elle en imaginant les mains de son collègue les parcourir et remonter, peu à peu, sur le soyeux tissu de ses bas, puis sur sa chaude et douce peau des cuisses… Une main qui arrive sur le devant de son string et qui commence, par de savantes caresses, à la faire gémir alors qu’elle tient en main un sexe, dur et tendu, qui ne demande qu’à lui donner du plaisir…Elle ouvrit les yeux et se rendit compte qu’elle s’était laissée aller à un nouveau plaisir solitaire alors qu’elle s’était promise de se réserver… Elle rabaissa sa jupe et sortit de la chambre…LuiIl se savait beau gosse, il se savait attirant, mais il savait aussi que, dans son milieu professionnel, ses compétences lui permettaient de donner le change ; il était pourtant d’une timidité maladive concernant les relations et plus particulièrement les relations amoureuses. 33 ans bientôt et, même s’il n’était pas puceau, sa vie amoureuse et sa sexualité était d’une tristesse à mourir. A chaque fois, il laissait passer sa chance rougissant et bloqué quand il s’agissait de passer à l’action : son sexe, pourtant de belle taille, se ramollissait… Pourtant, quand il était seul, il n’avait aucun problème d’érection et, lors de ses fréquentes masturbations, il avait de très puissantes éjaculations et un plaisir intense. C’est à cela que se réduisait sa vie sexuelle et il le regrettait souvent…Ce dimanche soir, en pensant à sa collègue avec qui il allait passer de longues heures en voiture, il avait été submergé par une vague de désir qui s’était manifesté par une érection intense. Alors qu’il était sur son divan, devant un film, il s’était allé laisser à imaginer une bouche qui l’embrassait, une langue qui se mélangeait à la sienne ; des lèvres qui descendaient sur son torse, alors que des mains faisaient descendre la ceinture de son short et de son slip. Son sexe avait jailli tendu au maximum ; une main était venue le serrer à sa base et caresser ses bourses, alors qu’une bouche gourmande s’était appliquée à coulisser sur son gland pour le décalotter entièrement. Les lèvres avaient commencé à coulisser, englobant presque entièrement son membre. Le rythme s’accélérant, il ne put se contenir longtemps et s’épancha en longue giclées. Revenant à la réalité, il se retrouva avec les mains poisseuse et son tee-shirt tâché et humide de ses giclées de semence. Piteux, il alla prendre une douche…Le matin, il s’était réveillé avec une magnifique érection et avec des images plein la tête de sa collègue. Nu, dans sa salle de bain, il se rasa face au miroir tout en admirant la qualité de son érection tenace. Contrairement à ce qu’il aurait fait habituellement, il se retint de se caresser ; il se permit juste de tirer sur son prépuce pour découvrir son gland turgescent, un fruit qu’il aimerait bien faire déguster. Il s’amusa à faire tressauter son membre en contractant son anus ; il durcissait encore et se dressait encore plus fièrement.Il choisit un slip rouge au tissu très léger qui était un appel au caresses car ne dissimulant rien de ce qu’il renfermait. Il eut beaucoup de mal à y faire rentrer son sexe encore très dur… Chemisette blanche et petit costume gris complétèrent sa tenue. Face au miroir, il se rendit compte que son érection était encore visible et gonflait son pantalon au niveau de la poche gauche. Se rendant compte qu’il n’était pas en avance, il se dépêcha pour partir et son érection perdit de son ampleur…ElleImpatiente, sarıyer escort elle le vit arriver et ses battements de cœur augmentèrent. Souriant, il lui posa la main sur l’épaule et lui fit la bise. Cette main, juste posée sur elle lui fit ressentir comme un frisson qui lui parcourut tout le corps. Galant, il lui ouvrit la portière passager et l’invita à s’installer. Elle veilla, en s’asseyant, à dévoiler ses cuisses gainées de noir tout en prenant vite soin de tirer sur le bas de sa jupe quand elle fut assise. Il ne s’agissait pas d’être trop provocante non plus.Il s’installa à ses côtés et, pendant une cinquantaine de kilomètres, ils discutèrent de leur week-end puis du client qu’ils allaient rencontrer… Alors qu’il avait le regard fixé sur la route, elle commença à doucement faire remonter le tissu de sa jupe sur ses cuisses ; sur son côté fendu, la lisière du bas apparu. L’ouverture s’accentua encore quand elle se déhancha pour se caler un peu plus contre la vitre ; l’attache de son porte-jarretelles et un peu de sa peau étaient visibles. Elle l’observa d’un œil et se rendit compte qu’il ne se privait pas de jeter quelques coups d’œil et qu’il avait ressenti le besoin de déboutonner le premier bouton de sa chemise. Elle n’allait pas s’arrêter là et elle entreprit de peu à peu écarter les cuisses. La jupe suivit le mouvement et ses cuisses fuselées apparurent au fur et à mesure découvrant entièrement la lisière de ses bas. Elle l’observait et son trouble était évident. Il semblait avoir chaud et elle n’avait pas manqué de remarquer que le devant de son pantalon était déformé d’une bosse imposante de très bonne augure pour elle. Pour être certaine de bien entretenir ce désir naissant, elle remonta d’une main encore un peu plus sa jupe pour faire apparaître deux centimètres de sa peau et les deux attaches qui striaient ses cuisses. Elle se tourna vers lui. Il frisait l’apoplexie et avait de plus en plus de mal à se concentrer sur sa conduite. Son regard allait de la route à ces cuisses qui s’offraient de plus en plus à son regard. Désirant qu’il profite encore plus de l’offrande qu’elle lui faisait, elle prit doucement sa main posée sur volant et l’attiré pour qu’elle vienne se poser juste au-dessus de son genou. Elle sentit, au travers de la soie de son bas, la chaleur et la moiteur de cette main qui, elle en était certaine, allait lui procurer beaucoup de plaisir. Une main soignée aux longs doigts qui laissaient présager d’un membre de bonne taille. La main resta un temps posée, immobile, puis les ongles commencèrent à délicatement gratouiller le tissu lui procurant de douces sensations qui irradiaient tout le long de sa cuisse. S’enhardissant, la main commença à monter et descendre le long de cuisse jusqu’à bientôt atteindre la lisière de ses bas. Le désir montait en elle et elle sentit son minou s’humidifier. Ne voulant pas rester inactive, elle posa sa main sur la bosse qui déformait son pantalon et commença à tendrement le caresser.LuiIl l’avait trouvée très sexy et désirable quand il l’avait retrouvée, mais, malgré ses idées inavouables, il était bien loin de penser que c’était pour lui qu’elle s’était ainsi apprêtée. Pour lui, il s’agissait juste de faire bonne impression devant le client et pourtant…Bien que donnant l’impression d’être complètement concentré sur sa conduite, il n’avait pas perdu une miette du spectacle qu’elle lui avait offert. Il avait apprécié au plus haut point la vue de ces jolies cuisses qui s’étaient peu à peu découvertes et avaient fait naître chez lui une érection intense. Son sexe avait grossi, s’était allongé et était devenu dur comme du bois pour déformer le devant de son pantalon.Quelle douce sensation il avait ressenti quand sa main, doucement invitée, s’était retrouvée posée sur le doux tissu de son bas. Il mit un moment à oser bouger, à oser caresser cette cuisse offerte puis il prit sur lui ; le regard fixé sur la route, une seule main pour conduire, il ne se posa pas autant de questions que d’habitude et laissa libre cours à son plaisir de caresser.Son membre avait tressauté de plaisir quand sa main était venue se poser dessus et avait commencé à le caresser à travers son pantalon. Elle avait doucement massé, puis les doigts agiles s’étaient déplacés tout le long de sa hampe lui procurant des sensations qu’ils n’avaient jusqu’alors jamais connues. Jamais il ne s’était senti aussi excité, jamais son sexe n’avait été aussi dur, jamais il ne s’était senti aussi libéré. Preuve en est qu’il prit l’initiative de descendre la fermeture éclair de son piston…Alors qu’une main fureteuse s’était introduite à l’intérieur de son pantalon, il fit remonter sa main sur la douce peau de la cuisse jusqu’à atteindre le tissu de petite culotte très agréable au toucher et qui commençait à s’humidifier. Il avait senti quelques poils follets qui s’en échappaient puis avait commencé à faire glisser un doigt tout le long de sa fente qui ne demandait qu’à s’entrouvrir.Sa main, non contente de s’introduire, avait écarté le petit élastique de son slip et enserrait maintenant son sexe en ayant du mal à en faire le tour. Elle commença de petits mouvements de haut en bas en le serrant à la base et son gland complètement décalotté frottait contre le tissu de son slip ce qui ne fit qu’accroitre son plaisir.Ayant réussi à écarter l’élastique de sa petite culotte, il parcourait d’un doigt sa fente humide et, quand il trouva son petit bouton sur lequel il tournoya avec douceur elle commença à gémir de plaisir. Le sentant durcir sous son doigt, il accentua sa caresse et elle se pâma littéralement. Variant les plaisirs, sont doigt descendit et s’introduisit pour coulisser dans son minou détrempé.Pendant esenyurt escort ce temps, la main fureteuse s’était attaquée à sa ceinture et au bouton de son pantalon pour faire jaillir son sexe…ElleElle avait pu jauger de longueur et de la grosseur de son sexe en le massant à travers le pantalon, mais quel plaisir cela avait été de le tenir à pleine main quand il l’avait invitée en ouvrant sa braguette. Elle avait pu vraiment se rendre compte des belles dimensions du membre et de sa fermeté. Longtemps qu’elle n’avait pas eu en main un tel engin et de ses doigts elle avait du mal à en faire le tour.Elle avait commencé à fondre quand sa main était remonté jusqu’à sa culotte et qu’il avait commencé à la caressé. Mais que dire des sensations qu’elle a ressenties quand un doigt lui a tendrement trituré le clito avant de s’introduire et de coulisser en elle. Son plaisir s’écoulait sur ce doigt qui rentrait de plus en plus profond en lui et de plus en plus rapidement. Elle allait exploser mais elle voulait faire durer le plaisir.Des deux mains elle s’était attaquée à sa ceinture, puis au bouton de son pantalon dont elle écarta les deux pans. D’une main elle écarta l’élastique du slip et, de l’autre elle saisit le membre pour le faire jaillir. Elle eut, sous les yeux, un magnifique membre épais de presque 20 centimètres de long surmonté d’un gland violacé des plus appétissants. Tirant encore sur l’élastique du slip elle dégagea ses deux bourses bien rebondies qui semblaient pleines d’une sève qui ne demandait qu’à jaillir. Elle les massa doucement en appréciant le volume et la souplesse puis remonta le long de la hampe et commença à faire coulisser la douce peau pour couvrir puis complètement dénuder son gland.Bientôt, elle ne put réprimer son désir et, défaisant sa ceinture, elle se pencha sur ce sexe dont elle avait tellement envie, pour le déguster. Lèvres grandes ouvertes, elle aspira le gland qu’elle suçota d’abord doucement, puis qu’elle suça franchement. Elle se permit ensuite de jauger ses capacités en avalant, le plus loin possible, le membre imposant qui se révéla trop long pour être avalé en entier sous peine d’étouffer. Pour revenir à des pratiques plus dans ses cordes, elle s’amusa de sa langue à parcourir le gland de plus en plus gonflé et à en titiller le frein avant de le reprendre en bouche. Il gémissait accroché à son volant son sexe tressautant de plaisir entre ses lèvres avides. Elle appréciait au plus haut point d’avoir en bouche ce fruit dur et lisse sur lequel sa langue glissait. Alors qu’il commençait à exprimer son plaisir en gémissant de plus en plus fort, elle accentua le rythme et la pression de ses succions tout en accélérant le rythme de sa main qui coulissait en enserrant fermement sa hampe. Il commença à s’agiter de plus en plus sur son siège et, à coups de reins de plus en plus violents il cherchait à venir au-devant de cette bouche qui le dévorait. Elle voulait le sentir exploser dans sa bouche, elle voulait avaler tout son plaisir, elle voulait l’entendre crier…LuiIl n’avait pu que se cramponner à son volant et à apprécier quand il avait senti cette main sortir son sexe bandé et ses bourses gonflées puis ces lèvres douces et cette langue humide sucer son gland. Il apprécia de se sentir soumis, de subir et de n’avoir aucune initiative à prendre obligé qu’il était de devoir rester un minimum concentré sur sa conduite. Merci au régulateur de vitesse qui facilitait la conduite.Il se sentait fort et puissant en sentant sa bouche qui essaya vainement de l’avaler entièrement. Il regretta un peu de ne plus pouvoir la caresser car dans sa position son minou n’était plus à portée, mais comment ne pas apprécier les sensations que cette bouche avide de son gland lui procurait. Il sentait le plaisir monter et cela s’intensifia encore quand elle accéléra et appuya encore la pression de ses succions. Il se surprit à gémir de plus en plus fort et à s’agiter sur son siège pour aller au-devant des lèvres suceuses. Il rêvait souvent de s’épancher dans une bouche gourmande, chose qui ne lui était jamais arrivé, mais il voulait aussi faire durer le plaisir. Il entreprit alors de contracter de plus en plus rapidement ses sphincters afin de retarder le plus longtemps possible son éjaculation. Tout en s’appliquant à contracter son membre, il tendit le bras et posa sa main sur ses fesses et entreprit de retrousser sa jupe. En se soulevant un peu, elle l’aida dans sa manœuvre et il put remonter le tissu jusqu’à la ceinture. Jetant un rapide coup d’œil, il découvrit deux jolies fesses rebondies ceinturée d’un joli liseré vert clair orné de dentelle noire et séparées d’une bande de tissu satiné qui allait se perdre entre les deux globes. Il passa sa main dessous et, d’un doigt, commença à titiller l’anus qui naturellement état venu à sa rencontre. Il sentit bientôt la douce membrane palpiter et, comme elle recommençait à doucement gémir, il affermit sa pression et son doigt la pénétra. Haletant de plaisir, elle avait lâché sa prise et s’était arrêtée de le sucer. Elle se cambra au maximum l’invitant à s’enfoncer encore plus profond en elle ; il ne se fit pas prier et insinua d’un coup son doigt tout entier dans son anus. Il n’eut rien de plus à faire et c’est à grands coups de reins qu’elle le fit coulisser en elle. C’était doux, c’était chaud et son doigt semblait enfermé dans une gangue de velours. Pris dans ce tourbillon érotique, il n’avait même pas le temps de s’étonner des initiatives qu’il avait jusqu’alors toujours été incapable de prendre dans ses rapports amoureux. Il agissait instinctivement tel un homme rompu à toutes les pratiques sexuelles ; il se libérait. Il avait trouvé un de ses avrupa yakası escort points les plus sensibles de son corps et elle gémissait de plus en plus fort en s’empalant sur son doigt. Il imaginait déjà la sensation qu’elle pourrait ressentir si c’était son sexe qui prenait la place de son doigt. Un sexe toujours épais et dur qui se tenait au garde-à-vous…ElleElle avait cru pouvoir le faire dans sa bouche, mais cette main qui s’était posée sur ses fesses l’avait détournée de ses intentions. Elle avait la chance d’être dotée de trois sources de plaisir : son vagin, son clitoris et surtout son anus. Peu de ses amants avaient su en tirer parti en dehors d’une rencontre d’un soir : un homme d’âge mature qui avait ignoré toutes ses autres sources de plaisir et qui s’était concentré uniquement sur son anus, qu’il avait longuement caressé et sucé, avant d’y introduire son sexe puissant qui l’avait fait hurler de plaisir.Elle avait soulevé les fesses pour lui permettre de découvrir ses fesses et, comme elle l’espérait intimement, elle sentit rapidement un doigt caressant son anus. Trouvant ce doigt un peu timide, elle joua de ses reins et il s’introduisit à fond en elle. La grosseur et la longueur du doigt n’étaient en rien comparables avec la vigueur du sexe qui l’avait pourfendue et dont elle se souvenait si bien, mais la sensation était très agréable. Pour en profiter complètement, elle abandonna le joli fruit qu’elle dégustait à coups de lèvres et de langues. Fermant les yeux, elle se concentra sur le travail de ses reins qui œuvraient pour introduire au plus profond ce doigt inquisiteur. Elle ne put s’empêcher de commencer à gémir sentant le plaisir monter dans le creux de ses reins. Passant une main dans son dos, elle lui proposa tactilement de joindre un doigt à celui qui la fouillait. Il ne se fit pas prier. Sa douce membrane se dilata sous la pression des doigts unis qui, bientôt, la pénétrèrent lui faisant pousser un « oh ! » de plaisir très expressif. Quand ils commencèrent à coulisser dans son antre, elle perdit toute retenue remuant ses fesses dans tous les sens et haletant de plaisir. Ce sexe si fièrement bandé qui se dressait avec son dôme violacé à quelques centimètres de ses yeux, c’était lui qu’elle aurait aimé s’enfoncer au plus profond de ses fesses, mais elle savait que dans la situation ce n’était pas possible. Elle savait qu’elle allait jouir, mais elle ne voulait pas prendre son plaisir en solitaire.Toute à son excitation, elle recommença à caresser d’une main le sexe turgescent en de longs allers et retours. Il n’avait rien perdu de sa raideur et considérant le sexe et le plaisir comme un partage, elle fit l’effort de contrôler ses spasmes pour ne pas risquer de le mordre et goba le gland à nouveau. Le tenant entre ses lèvres tout en jouant de sa langue, elle le masturbait activement d’une main. Bien qu’ayant la bouche pleine, elle continua de gémir alors que ses deux doigts s’enfonçaient en elle de plus en plus vite. De sa bouche, de sa langue, de sa main sur la hampe elle essayait d’en suivre le rythme. Son anus s’humidifiait, son minou dégoulinait et le plaisir montait, montait… LuiJamais il n’avait fouillé ainsi l’anus d’une femme… Jamais il n’avait imaginé qu’une femme pouvait tirer autant de plaisir d’une telle caresse… Jamais il n’avait pratiqué la sodomie mais il imaginer le plaisir qu’il y aurait à glisser son sexe bien dur à la place de ses doigts. Mmm, un doux fourreau dans lequel il pourrait s’enfoncer à fond…Il réussissait, d’une main, à maintenir le cap en termes de conduite mais jamais il n’avait connu une telle frénésie sexuelle. Il lui labourait le fondement de deux doigts et son membre, pourtant abandonné, restait en complète érection pointé fièrement vers le plafond de la voiture.Il avait accéléré le rythme de ses doigts qui entraient et sortaient de la membrane souple et dilatée de son anus. Il aurait aimé pouvoir, en même temps, s’introduire dans son minou et la caresser dans ses deux orifices en même temps, mais c’était bien sûr impossible.Ses coups de reins pour venir au-devant de ses doigts devenaient de plus en plus violents, elle se pâmait, gémissait, criait parfois… Il allait la faire jouir et il en était très fier ne ressentant aucune frustration de cette quête de plaisir qui pouvait sembler un peu égoïste. Pourtant, il apprécia au plus haut point de sentir sa bouche gober à nouveau son gland ; un succion un peu désordonné mais elle était dans un tel état d’excitation qu’il ne pouvait pas en être autrement. Il jeta un coup d’œil à ces lèvres pulpeuses qui montaient et descendaient sur son gland gonflé comme jamais et sur cette douce main qui s’agitait de plus en plus vite sur son membre faisant tressauter ses bourses gonflées de sève.Bien que survoltée, elle n’en restait pas moins experte et il sentait le plaisir monter en lui. Il commença à gémir de façon discontinue et la frénésie le gagna. Il ne se posa pas la question de savoir si elle était prête ou d’accord pour accueillir son plaisir dans sa bouche. Il cramponna le volant de sa main libre, gémit de plus en plus fort et se laissa aller : un orgasme alors inconnu pour lui le transporta dans un monde nouveau, le monde du plaisir. Il s’épancha en longue giclées dans sa bouche gourmande qui se mit à réellement le pomper en l’avalant plus profondément. Tremblant, le corps secoué de spasmes, il n’était plus que sensation de plaisir, béatitude. Elle le suça jusqu’à son apaisement et, d’une langue coquine récolta la dernière goutte de semence qui perlait sur le bout de son gland. Il se concentra à nouveau sur ses doigts enfoncés en elle et, en quelques secondes, affalée sur lui, elle se laissa aller à son plaisir qui se manifesta par des cris stridents et une agitation de ses fesses incontrôlable. Apaisés, ils se regardèrent, pour la première fois, les yeux dans les yeux et se sourirent, complices. Elle se rajusta tant bien que mal, remit sa ceinture et posa la main sur son membre ramolli qu’elle allait très souvent pouvoir utiliser…

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir


kurtköy escort gaziantep rus escort ümraniye escort sakarya escort bayan sakarya escort bayan izmir escort izmir escort beylikdüzü escort maltepe escort izmir escortlar kayseri escort izmir escort bayan gaziantep escort escort malatya escort kayseri escort eryaman escort pendik escort tuzla escort kartal escort kurtköy çankaya escort ensest hikayeler gaziantep escort sakarya escort bayan izmir bayan escort illegal bahis güvenilir bahis illegal bahis bahis kaçak bahis canlı bahis sakarya escort webmaster forum